Lettre du Plan Séisme - 4e trimestre 2019, Actualités

ActualitésActualités

Dans l’actualité de l’infolettre du 4e trimestre 2019 :

Actualités Séisme   ardéchois du 11 novembre 2019
Le 11 novembre 2019, à 11h52, les départements de l’Ardèche et de la Drôme ont été secoués par un violent séisme  . Estimée autour de 5, la magnitude   [1] de ce séisme   apparaît exceptionnelle au regard notamment de la sismicité   historique dans cette zone.

Dans les jours qui ont suivi le séisme  , le BRGM? et l’Institut national des sciences de l’Univers (INSU) du CNRS? ont publié une synthèse des premières connaissances sur ce séisme  , établie sur la base des observations réalisées par les experts sismologues et sismotectoniciens français (INSU CNRS, IRSN?, CEA?, BRGM, Universités, CEREMA). L’IRSN a également publié une note donnant des éléments sur l’ampleur des secousses sismiques.

Les premières analyses basées sur les enregistrements sismologiques ont conduit les sismologues à localiser la rupture à très faible profondeur. D’autre part, les images satellitaires d’interférométrie radar ont permis de visualiser la zone où le sol avait changé le plus fortement de position en réponse au séisme  , ce qui est une première en France métropolitaine. Elles permettent de d’identifier assez précisément la faille   qui a rompu lors du séisme   Ces données confirment une rupture sismique à proximité de la surface (entre 0 et 3 km de profondeur). La zone de rupture ainsi repérée s’étend depuis le sud de la ville du Teil, sur 4 km de longueur, vers les villages de Saint-Alban et Saint-Thomé situés au sud-ouest.

L’occurrence d’un séisme   d’une telle magnitude   en métropole, à si faible profondeur, associé à un nombre particulièrement faible de répliques  , en font un séisme   aux caractéristiques assez atypiques. Par ailleurs, l’origine et la localisation précise du foyer   nécessitent des investigations complémentaires, et différentes hypothèses doivent être étudiées. En conséquence, le CNRS a mis en place une mission chargée spécifiquement de déterminer les conditions permettant à une faille   de générer un tel phénomène. Les travaux de cette mission ont donné lieu à la rédaction d’un rapport préliminaire public.

Mesures des déplacements obtenus par interférométrie radar, sur fond de carte OpenStreetMap
Mesures des déplacements obtenus par interférométrie radar, sur fond de carte OpenStreetMap
Source : BRGM?


En outre, plusieurs équipes appartenant à différents organismes se sont rendues sur le terrain pour étudier ce séisme   et installer des sismomètres additionnels dans la zone affectée par le séisme  , afin de mieux enregistrer les répliques  , étudier les effets de site   ainsi que la réponse de certains bâtiments. Une mission du dispositif d’urgence de l’AFPS? (Association française de génie parasismique) a été mobilisée sur place pendant une semaine pour réaliser des diagnostics sur les bâtiments endommagés. Enfin, une mission post-sismique du groupe d’intervention macrosismique « GIM », pilotée par le BSCF-RéNaSS?, s’est rendue sur place du 18 au 22 novembre dans le but de cartographier l’intensité macrosismique   du séisme   dans la région épicentrale.

Carte des épicentres de séismes historiques et localisation de la zone épicentrale du séisme du 11/11/2019 sur fond géologique au 1/1 000 000
Carte des épicentres de séismes historiques et localisation de la zone épicentrale du séisme du 11/11/2019 sur fond géologique au 1/1 000 000
Sources : base de données SISFRANCE BRGM?-EDF-IRSN?, et Chantraine et al., 2006


Des travaux de recherche sont en cours pour tenter de mieux relier toutes ces observations et de proposer un cadre explicatif plus abouti. Ce séisme   relance notamment le débat sur les caractéristiques et l’occurrence des séismes intraplaques et sur les critères de caractérisation des failles actives, notamment en France. La communauté scientifique devra intensifier ses efforts pour mieux comprendre la géométrie du système de failles NE-SW des Cévennes qui structure cette part de la métropole, son histoire et son fonctionnement récent. En outre, concernant les dommages générés par le séisme  , l’occurrence de ce tremblement de terre   dans le contexte français devrait permettre, par comparaison des résultats, d’affiner les modèles d’évaluation des dommages mis en œuvre sur le territoire dans le cadre de préparation à la gestion de crise.

Retour au sommaire

Sismicité   récente
Séismes de Strasbourg :

Un séisme   de magnitude   Ml=3,1 s’est produit dans la région de Strasbourg le 12 novembre. Une secousse de magnitude   2.6 s’est également produite le lendemain et plusieurs évènements sismiques, dont certains de magnitude   supérieure à 2, ont été localisés à faible profondeur au nord de Strasbourg par le BCSF?-RéNaSS. L’évènement le plus important, de magnitude   Mlv=3.1 et ressenti par la population, a eu lieu à 14h38 heure locale. Sa profondeur a été estimée à environ 5 km.

La série d’évènements est localisée à proximité d’un site de géothermie profonde. Depuis le début des opérations sur ce site (mars 2018), le BCSF-RéNaSS a localisé dans cette zone une centaine d’évènements sismiques qualifiés d’induits dont la magnitude   n’avait pas excédé Mlv=2.0.

Un groupe d’expert du CNRS-INSU étudie en particulier les données qui permettront d’en savoir plus sur ces évènements. Des analyses supplémentaires sont en cours pour confirmer ou infirmer l’origine induite de la série d’évènements du 12 Novembre 2019.

Séismes en Albanie :

Le 21 septembre 2019 à 14h04, un violent séisme   s’est produit en Albanie. Son épicentre se situe sur la côte ouest du pays, à 6 km au nord de Dürres et il a été ressenti jusqu’à la capitale, Tirana, à 250 km de là. La magnitude   a été établie par l’USGS? à Mw=5,6.

Les secousses ont endommagé de nombreux bâtiments et provoqué des réactions de panique dans les rues de la capitale. Beaucoup d’habitants ont préféré attendre un moment dans la rue en redoutant l’arrivée d’éventuelles répliques  . Les réseaux électriques et téléphoniques ont été coupés dans de larges secteurs rendant les communications difficiles.

Huit séismes de magnitude   supérieure à 4 sont référencés par l’USGS et le CSEM? dans les jours qui suivent la secousse principale. Un second séisme   de magnitude   6.4 s’est produit le 26 novembre, entrainant de nouveaux dommages et des victimes supplémentaires. Il a été suivi de répliques   de magnitude   supérieures à 5 le même jour, et des secousses de magnitude   supérieures à 4 ont continué d’être ressenties dans les jours qui ont suivi. La région est connue pour sa sismicité   active causée par la convergence   de la plaque africaine vers la plaque eurasienne. Bien que les séismes soient fréquents dans cette région, avec près d’une cinquantaine de séismes de magnitude   supérieure à 5 enregistrés dans le pays depuis les années 1960, ces événements sont les plus forts enregistrés en Albanie depuis une vingtaine d’année. <
Retour au sommaire

Formation GIM-Antilles
Le Groupe d’Intervention Macrosisimique (GIM), piloté par le Bureau central de Sismologie   Français, a tenu une formation les 21 et 22 novembre 2019 en Guadeloupe. Le stage avait pour but de former des inspecteurs pour réaliser des enquêtes de terrain. Le GIM a pour mission l’établissement des intensités macrosismiques (sévérité de la secousse au sol) dans un délais court après la survenance d’un tremblement de terre   ayant produit des dégâts en France.
Retour au sommaire

Démarche régionale sismique en Auvergne-Rhône-Alpes
En 2018, la DREAL? ARA a relancé une dynamique autour de la prévention du risque sismique   via un travail de sensibilisation et de diagnostic régional. La fin d’année 2019 a vu l’aboutissement du diagnostic territorial, qui donne une connaissance plus précise de la vulnérabilité   du territoire aux séismes et des démarches engagées ces dernières années.
Ce diagnostic permet à ce stade d’identifier des territoires prioritaires sur lesquels seront co-construits des plans d’actions Etat-collectivités, marquant la volonté de s’engager durablement dans la démarche de prévention de ce risque. Par ailleurs, une journée de sensibilisation au risque sismique  , animée par le BRGM, à destination des différents services de l’Etat : DREAL (services risques/constructions et délégation de zone), DDT? (Services Risques et Habitat) et Préfectures (SIDPC?) a été organisée à l’automne 2019.
Retour au sommaire

Les dossiers de l’infolettre rassemblés dans un livre
Au fil des années, ce sont des dizaines de dossiers thématiques qui ont été rédigés et publiés dans les infolettres trimestrielles du Plan Séisme  . Un livre qui valorise ce travail de long court vient de paraitre, il reprend et complète un certain nombre de sujets déjà abordés dans ces infolettres. Il est intitulé « Le séisme sous toutes ses coutures », et est paru aux éditions l’Harmattan. L’auteur est Samuel Auclair, qui contribue à l’écriture des dossiers de La lettre du Plan Séisme   depuis sa création, et l’illustrateur est Eric Appéré, qui illustre les dossiers depuis 2013.

Retour au sommaire

Le chiffre : 600
C’est le nombre de diagnostics réalisés par les 39 inspecteurs mobilisés dans le cadre du dispositif urgence déployé par l’AFPS suite au séisme   du Teil.
Retour au sommaire

[1Magnitude locale (Ml) 5,1 selon le BCSF?-RéNaSS? ; 5,4 (Ml) selon le LDG?/CEA? et magnitude de moment Mw de 4,9 selon SismoAzur